Depuis 5 ans le budget participatif connaît un élan considérable à travers l’Europe. Que ce soit dans des grandes villes comme Bruxelles, Barcelone ou Paris – qui propose aux habitants de décider de l’utilisation d’un demi-milliard d’euros sur 6 ans. Ou dans des communes moins imposantes : Avignon, Namur, Wavre, Flémmalle, Marc-en-Baroeul, Sceaux… Certaines étapes clés sont indispensables pour mettre en place un budget participatif dans sa commune. Mais son succès tient à bien plus que de l’organisation ! Confiance, transparence et communication sont les piliers de la réussite.

Petite introduction pratique pour tout comprendre.

Illustration des 6 étapes clés pour mettre en place n budget participatif dans sa commune.

Les 6 étapes clés pour élaborer un budget participatif 

1. Définir l’objectif du budget participatif

Bien élaborer un budget participatif, c’est avant bien cerner son objectif et son périmètre :

  • quel sera l’objet du budget participatif  ? La commune peut solliciter la participation citoyenne autour d’une thématique précise (réaménager le coeur de ville par exemple), ou au contraire laisser la porte ouverte à toutes les idées des habitants pour mieux cerner leurs besoins.
  • quelle sera l’enveloppe du budget ?
  • quels seront les critères de recevabilités des projets ?
  • comment s’organiser en interne faire vivre ce processus de démocratie participative ?
  • Quel outil / canaux choisir pour faciliter les échanges avec les citoyens ?

Une fois ces questions traitées en interne, la commune peut lancer officiellement son budget participatif.

2. Lancer un appel à projets

Les habitants sont appelés à déposer leurs idées de projets, en respectant les conditions définies plus haut. La participation citoyenne peut se faire seul ou en groupe autour d’un projet commun. Les citoyens doivent fournir plusieurs informations : une description détaillée du projet, son emplacement dans la commune, une estimation de son coût. Le dépôt se fait en physique ou sur une plateforme de participation citoyenne numérique comme Fluicity. 

Pour être sûr d’embarquer un maximum de citoyens dans son budget participatif, la commune doit mettre en place une campagne de communication active dès cette première étape : réunions publiques, permanences pour aider au dépôt ou à la rédaction des projets, articles dans le journal de la ville, posts réguliers sur les réseaux sociaux, etc. À chaque commune sa stratégie et ses canaux de prédilection !

Découvrez l’histoire du premier budget participatif numérique de Wallonie à Wavre.

3. L’étude de recevabilité des projets

L’étape des dépôts de projets terminée, les agents de la collectivité se réunissent pour réaliser une étude de recevabilité. Leur rôle est alors de contrôler que les projets sont éligibles vis-à-vis des critères définis, et si besoin y apporter des modifications. L’objectif est de rester le plus transparent possible avec les citoyens sur ces décisions, pour conserver une relation de confiance. 

Sur Fluicity, une fonctionnalité permet aux citoyens de suivre l’avancée de leurs idées et d’être ainsi tenus au courant facilement. 

4. Le vote

Une fois les projets jugés réalisables, la 2e phase de participation citoyenne commence : le vote pour le ou les projet(s) préféré(s). 

Plusieurs modalités sont possibles : voter pour un ou plusieurs projets, répartir un certain nombre de point… Là encore, la communication est cruciale pour rassembler un maximum de votes citoyens et réussir son budget participatif. Plus simple, cette étape peut facilement entrainer plus de participation. Cela peut -être un premier pas dans la démocratie participative pour certains ! Vous pouvez mettre en valeur cette simplicité d’action, et le fait qu’il s’agit de la dernière étape – et donc d’un moment clé du processus.

5. L’annonce des projets retenus

Après dépouillement, la commune annonce les projets les plus plébiscités qui seront financés par le budget participatif. Cela peut donner lieu à une communication spéciale ou même un évènement selon l’ampleur que vous voulez donner à ce budget (s’il s’agit du premier, cela peut valoir le coup de le mettre en valeur). Les porteurs des projets gagnants doivent être prévenus en amont et peuvent être invités à prendre part à leur réalisation.

6. La réalisation des projets

Cette ultime étape peut être plus ou moins longue selon l’ampleur du ou des projet(s) retenu(s). Encore une fois, informer régulièrement les habitants sur le calendrier et sur l’avancée du projet est une très bonne pratique. Même si le projet prend du temps, ils seront toujours plus compréhensifs s’ils sont tenus au courant.

Tout comme pour les porteurs, les citoyens volontaires peuvent être associés à la réalisation.

Fluicity vous accompagne pour mettre en place votre budget participatif 

Forte de son expérience, Fluicity vous propose un outil permettant de recueillir les idées, d’organiser les votes mais aussi de faciliter toute la communication avec les habitants. La plateforme numérique permet de toucher un public plus large, notamment les jeunes, souvent peu impliqués dans la vie politique locale. Plusieurs communes ont déjà fait confiance à Fluicity pour les aider à impliquer les citoyens dans l’aménagement du territoire.

← Retour aux articles