Le nombre de budgets participatifs double tous les ans en France depuis 2014. Aujourd’hui, 140 communes ont déjà mis en place ce dispositif, qui trouve sa résonance dans plus de 45 pays à travers le monde depuis sa création en 19892. Concret, ambitieux, collectif : le budget participatif est sans doute l’une des plus grandes innovations démocratiques des dernières décennies.

Certaines étapes clés sont indispensables pour mettre en place un budget participatif dans sa commune. Mais son succès tient à bien plus que de l’organisation ! Confiance, transparence et communication sont les piliers de la réussite.

Les atouts du budget participatif

Depuis 5 ans le budget participatif connaît un élan considérable à travers l’Europe. Que ce soit dans des grandes villes comme Bruxelles, Barcelone ou Paris – qui propose aux habitants de décider de l’utilisation d’un demi-milliard d’euros sur 6 ans. Ou dans des communes moins imposantes : Avignon, Namur, Wavre, Flémmalle, Marc-en-Baroeul, Sceaux…

S’il devient de plus en plus populaire auprès des collectivités partout en Europe, c’est sans doute grâce à son appropriation rapide par les habitants. Le démarche est simple. Elle offre une approche claire de la participation. Ses effets sont visibles et concrets. Tout est réuni pour en faire un outil privilégié de démocratie locale.

Mais sa mise en place n’est pas facile pour autant. Notre objectif chez Fluicity : aider les différents acteurs du budget participatif (élus, agents) à tirer pleinement partie de cette démarche, et optimiser leur charge opérationnelle. 

“Si prometteur soit-il, le dispositif n’a pas encore tous ses réflexes et ses repères – pour les élus et les services, comme pour les citoyens. Cette prise de conscience initiale est indispensable pour comprendre quels leviers actionner tout au long du processus… Et s’éviter toute frustration !”

extrait du livre blanc de Fluicity « Budget Participatif, mode d’emploi ».

Les 6 étapes pour mettre en place un budget participatif 

Illustration des 6 étapes clés pour mettre en place n budget participatif dans sa commune.

1. Définir l’objectif du budget participatif

Bien élaborer un budget participatif, c’est avant bien cerner son objectif et son périmètre :

  • quel sera l’objet du budget participatif  ? La commune peut solliciter la participation citoyenne autour d’une thématique précise (réaménager le coeur de ville par exemple), ou au contraire laisser la porte ouverte à toutes les idées des habitants pour mieux cerner leurs besoins.
  • quelle sera l’enveloppe du budget ?
  • quels seront les critères de recevabilités des projets ?
  • comment s’organiser en interne faire vivre ce processus de démocratie participative ?
  • Quel outil / canaux choisir pour faciliter les échanges avec les citoyens ?

Une fois ces questions traitées en interne, la commune peut lancer officiellement son budget participatif.

2. Lancer un appel à projets

Les habitants sont appelés à déposer leurs idées de projets, en respectant les conditions définies plus haut. La participation citoyenne peut se faire seul ou en groupe autour d’un projet commun. Les citoyens doivent fournir plusieurs informations : une description détaillée du projet, son emplacement dans la commune, une estimation de son coût. Le dépôt se fait en physique ou sur une plateforme de participation citoyenne numérique comme Fluicity. 

Pour être sûr d’embarquer un maximum de citoyens dans son budget participatif, la commune doit mettre en place une campagne de communication active dès cette première étape : réunions publiques, permanences pour aider au dépôt ou à la rédaction des projets, articles dans le journal de la ville, posts réguliers sur les réseaux sociaux, etc. À chaque commune sa stratégie et ses canaux de prédilection !

Découvrez le succès du premier budget participatif de Bertrix : 10 % de participation en 3 mois.

3. L’étude de recevabilité des projets

L’étape des dépôts de projets terminée, les agents de la collectivité se réunissent pour réaliser une étude de recevabilité. Leur rôle est alors de contrôler que les projets sont éligibles vis-à-vis des critères définis, et si besoin y apporter des modifications. L’objectif est de rester le plus transparent possible avec les citoyens sur ces décisions, pour conserver une relation de confiance. 

Sur Fluicity, une fonctionnalité permet aux citoyens de suivre l’avancée de leurs idées et d’être ainsi tenus au courant facilement. 

4. Le vote

Une fois les projets jugés réalisables, la 2e phase de participation citoyenne commence : le vote pour le ou les projet(s) préféré(s). 

Plusieurs modalités sont possibles : voter pour un ou plusieurs projets, répartir un certain nombre de point… Là encore, la communication est cruciale pour rassembler un maximum de votes citoyens et réussir son budget participatif. Plus simple, cette étape peut facilement entrainer plus de participation. Cela peut -être un premier pas dans la démocratie participative pour certains ! Vous pouvez mettre en valeur cette simplicité d’action, et le fait qu’il s’agit de la dernière étape – et donc d’un moment clé du processus.

5. L’annonce des projets retenus

Après dépouillement, la commune annonce les projets les plus plébiscités qui seront financés par le budget participatif. Cela peut donner lieu à une communication spéciale ou même un évènement selon l’ampleur que vous voulez donner à ce budget (s’il s’agit du premier, cela peut valoir le coup de le mettre en valeur). Les porteurs des projets gagnants doivent être prévenus en amont et peuvent être invités à prendre part à leur réalisation.

6. La réalisation des projets

Cette ultime étape peut être plus ou moins longue selon l’ampleur du ou des projet(s) retenu(s). Encore une fois, informer régulièrement les habitants sur le calendrier et sur l’avancée du projet est une très bonne pratique. Même si le projet prend du temps, ils seront toujours plus compréhensifs s’ils sont tenus au courant.

Tout comme pour les porteurs, les citoyens volontaires peuvent être associés à la réalisation.

Identifier les difficultés et proposer des solutions

Derrière ce processus simple en apparence se cache une nouvelle façon d’agir et de décider. Le budget participatif n’est rien de moins qu’une évolution du système de gouvernance. Cette démarche participative vient forcément bousculer les postures, les réflexes, les habitudes de travail.

Forte de son expertise et des retours de ses clients, Fluicity a identifié les principaux points de tension à l‘organisation d’un budget participatif :

  • le cadrage : qu’est-ce que ce budget va apporter à la ville ? Comment aligner tous les acteurs ?
  • la gestion et le suivi de projet : comment ne pas s’ajouter du travail ? Les agents ont-ils les ressources nécessaires ?
  • la pédagogie : le cadre du budget participatif est-il suffisamment clair pour les citoyens? Vont-ils pouvoir s’approprier le dispositif ?
  • la communication et le dialogue : comment mobiliser un large public, à chaque étape ? Les idées seront-elles le reflet du collectif ?
  • la transparence du processus décisionnel : faut-il communiquer sur tout ? Suis toujours le principal décideur ?
  • les résultats : qu’est-ce que ce projet m’apporte sur le long terme ? Comment engager durablement les citoyens ?

Des solutions concrètes à ces points de tension sont proposées dans notre livre blanc « Budget participatif, mode d’emploi ».

Fluicity vous aide à passer à l’action

En tant que civic tech engagée, certifiée ESUS (entreprise solidaire d’utilité sociale), Fluicity a pour mission de transmettre aux collectivités les clés d’une participation de qualité et de contribuer activement à leur acculturation. Notre livre blanc est le reflet de cette volonté de transmission et une invitation à se lancer :

  • analyse des enjeux et des difficultés du budget participatif,
  • chiffres, exemples de projets, témoignages d’élus et d’experts,
  • 6 clés de réussite,
  • la présentation de notre nouvelle fonctionnalité “budget participatif” conçue pour faciliter la vie des organisateurs.

L’ouvrage s’adresse aux élus et services qui veulent mettre en place un budget participatif, et prend en compte les contraintes humaines, budgétaires et organisationnelles qui sont les leurs.

Couverture du livre blanc budget participatif mode d'emploi - Le guide pour passer à l'action
← Retour aux articles