La démocratie locale connaît un essor sans précédent. Les citoyens veulent aujourd’hui s’impliquer et être impliqués dans les grandes décisions concernant leur quartier ou leur commune. Pour cette dernière, se lancer dans des démarches participatives s’accompagne forcément d’un certain nombre d’interrogations. Comment construire et animer ces démarches pour qu’elles s’avèrent les plus efficaces et inclusives possibles ? Quels canaux de communication choisir ? Comment favoriser le débat et la pluralité des points de vues  ?

Fluicity vous propose de revenir sur les quelques points essentiels pour bien communiquer sur votre projet participatif. Et susciter l’intérêt et l’engagement des habitants. 

Faire appel aux motivations personnelles des habitants 

Le premier levier d’engagement que la commune a tendance à mettre en avant est celui du devoir citoyen. Bien qu’il soit important, il doit être combiné à la motivation personnelle de chacun. Le but est de susciter un réel engagement sur le long terme. Pour cela, la commune doit savoir capter l’intérêt de sa population sur des sujets précis. 

L’intérêt personnel est souvent le déclencheur d’une mobilisation. On s’informe et on prend du temps pour cette mobilisation, pour que ça “vaille le coup”. 

Alors comment montrer que les sujets sur lesquels la participation citoyenne se fera “valent le coup” ? 

En expliquant de façon pédagogique :

  • l’objectif du projet, 
  • en quoi il s’inscrit dans le programme de l’élu,
  • pourquoi avoir choisi de passer par une démarche participative sur ce sujet en particulier,
  • ce que l’on attend des citoyens, le niveau d’engagement nécessaire,
  • le format et le déroulé de la démarche participative,
  • les avantages que chacun peut trouver dans la participation citoyenne. 
Atelier citoyen pédagogie des démarches participatives

Bref, il s’agit de cadrer l’intention pour que tout le monde y trouve son intérêt et sa légitimité.

Si la commune utilise déjà un outil de participation, elle a tout intérêt à s’appuyer sur les idées émises par les citoyens pour ses prochains projets. Cela renforcera la confiance des habitants et facilitera le fameux sentiment d’intérêt personnel.

Bien cibler les populations concernées par le projet de participation citoyenne 

Une chose est importante à comprendre : le but n’est pas forcément d’impliquer toute la population de la commune. Mieux vaut définir et cibler la population concernée par ce projet en particulier. Les moyens de communication vont ainsi différer en fonction de la cible.

Pour toucher toute la population, la commune peut se tourner vers des moyens d’informations classiques :

  • l’organisation de réunions publiques ou de débats citoyens dans des salles municipales, dans une brasserie ou un café,
  • un article, une tribune dans le magazine de la ville ou une plateforme en ligne de participation citoyenne. 

Pour toucher une population plus ciblée, elle peut choisir d’organiser ces évènements en dehors des espaces communaux traditionnels. Par exemple, si le sujet de la consultation porte sur l’amélioration des loisirs proposés par la commune, elle peut donner rendez-vous dans la Maison de la Jeunesse et de la Culture. Même principe pour les sujets relatifs aux seniors, aux parents, ou toute autre population ciblée. 

Plus vous diversifiez les processus et faites preuves de créativité dans vos manières de communiquer, plus vous réussirez à toucher d’habitants. L’objectif est d’aboutir à un débat constructif avec une pluralités de points de vue. 

Quelle place pour les réseaux sociaux dans les démarches participatives ?

Aujourd’hui, les réseaux sociaux jouent un rôle important dans les stratégies de communication. La commune doit les investir pour informer ses habitants des projets de participation citoyenne, et ainsi atteindre un grand nombre de personnes. Des réseaux sociaux bien gérés sont un moyen de capter l’attention d’une population jeune et prête à s’engager sur des sujets qui les touchent directement (éducation, loisirs, transports et mobilité …). 

Faciliter les démarches participatives grâce au numérique

Cependant, les réseaux sociaux ne peuvent être qu’un lieu de communication et non de débat. Les contributions ne s’y résument souvent qu’à des commentaires, des critiques ou des idées peu construites. Une plateforme de participation citoyenne type Fluicity, dont le postulat est celui d’un tiers de confiance, est conçue pour faciliter le débat, aider à la construction d’idées et à la diffusion d’informations claires. Les habitants et la commune s’engagent ici dans une démarche participative constructive, dans un espace clairement identifié dans ce but.

Faciliter l’accès à l’information et aider le citoyen dans la compréhension du sujet 

L’autre étape pour susciter l’engagement des habitants est l’enseignement de connaissances précises. Cela peut concerner le sujet du projet ou le fonctionnement de la participation citoyenne en elle-même. 

La mise en place “d’ateliers citoyens” peut ainsi permettre de transmettre des connaissances et des compétences, qui donneront aux participants des leviers de réflexion, mais surtout un cadre pour proposer leurs idées. De plus, ces “ateliers citoyens” permettent l’autonomisation des citoyens pour un engagement dans la durée et sur différents sujets

Pour animer ces ateliers citoyens, il est possible de faire appel à des spécialistes et des facilitateurs, afin d’aider chacun à développer son sens critique et son pouvoir d’agir. Ces ateliers peuvent se faire en physique, lors de réunions ludiques, ou en ligne à travers le partage d’articles, d’informations, et de formations sur une plateforme de participation citoyenne. 

Donner l’envie de s’engager, faire comprendre l’importance de l’action et du débat permettent de fédérer le plus grand nombre. Mais comment orchestrer tout ceci de bout en bout ?

Animer la communauté tout au long du projet 

Pour assurer une participation citoyenne de qualité, le but est de rester 100 % transparent sur son déroulé et ses objectifs, à chacune des étapes. Pour cela, un bon suivi et une bonne animation sont indispensables.

Même si elle implique forcément la collaboration de nombreux services, l’animation des démarches participatives doit être supervisée par des personnes précises au sein de la commune. Il est important de définir ces personnes référentes tout au long du projet, afin que tous les acteurs impliqués (services municipaux, élus et citoyens) sachent à qui s’adresser directement.   

Ces personnes référentes seront aussi les interlocutrices privilégiées de la civic tech qui a conçu l’outil de participation utilisé. Un travail simultané entre la commune et la civic tech est essentiel pour mieux comprendre les méthodologies de participation citoyenne et bénéficier d’un accompagnement pertinent tout au long de la démarche.

Ce sujet vous intéresse ? Fluicity vous en dit plus sur le sujet très bientôt… Stay tuned !

Fluicity vous accompagne pour construire et animer vos démarches participatives

L’organisation de la démarche participative est facilitée par une plateforme de participation citoyenne telle que Fluicity, capable d’allier information, idéation et co-construction. Fluicity propose plusieurs dispositifs facilitant la prise de décisions collectives : appel à idées citoyennes, organisation de sondages et de budgets participatifs. Contactez-nous !

← Retour aux articles