La ville de demain pour les Franciliens

Jeudi 6 décembre, lors d’un talk auquel participait Julie de Pimodan, fondatrice de Fluicity, à l’occasion du Salon de l’Immobilier d’Entreprise, Jean-Daniel Lévy, directeur du département politique de Harris Interactive, a présenté en exclusivité les résultats d’une enquête pour Grand Paris Aménagement. Afin de recueillir la perception des Franciliens à l’égard de leur environnement urbain, actuel comme futur, l’institut de sondage a interrogé 2000 citoyens du 22 novembre au 3 décembre 2018, constituant ainsi un échantillon représentatif de la population d’Île-de-France âgée de 18 ans et plus. Nous avons résumé pour vous les principaux enseignements de cette enquête en ligne :

Sondage sur la ville de demain par les Franciliens

Des citoyens Franciliens satisfaits mais contraints

Si 79 % des répondants se déclarent attachés à l’endroit où ils vivent, qu’ils qualifient volontiers de « calme », « agréable » ou « tranquille », ils sont plus d’un sur deux (54 %) a estimé que celui-ci est « pollué » et surtout, pour 72 % d’entre eux le prix à payer pour s’y loger est prohibitif. Un sentiment exacerbé chez ceux qui résident intra-muros bien qu’ils soient plus attachés que la moyenne à leur lieu de vie (84 %) le jugeant par ailleurs « dynamique », « attractif » et adapté aux jeunes.

6 priorités pour demain

Quand on les interroge sur l’avenir de leur quartier, les Franciliens souhaitent d’abord que les services y soient plus rapides (77 %), qu’il soit davantage sécurisé (76 %) et laisse une plus grande place à la nature (76 %) ; et seulement ensuite que leur lieu de vie tende vers davantage de sobriété énergétique (74 %), de convivialité (74 %) et de solidarité (70 %).

Des perspectives de mobilité qui enthousiasment

Les Franciliens se sont montrés particulièrement réceptifs (88 %) à l’idée d’un service de transports publics qui garantirait de façon certaine l’heure d’arrivée et 80 % seraient intéressés par un forfait unique de transports qui regrouperait à la fois transports publics et services privés. Comme un symbole qu’ils se tournent vers l’avenir, la fin des voitures individuelles et leur remplacement par une flotte autonome partagée ne choque plus les esprits (51 % se déclarent intéressés). Un effet de génération est palpable cependant puisqu’ils sont 63 % des moins de 35 ans a plébiscité l’utilisation d’une voiture électrique autonome individuelle.

Vers une ville plus inclusive et autonome en énergie

Plusieurs idées solidaires soumises à l’appréciation des citoyens Franciliens ont retenu leur attention, notamment le partage d’infrastructures multisports de proximité (73 %) ou simplement d’un espace en commun (63 %). Plus surprenant, un tiers se déclarent intéressés à l’idée de transformer une partie de leur logement en espace à louer (chambre, co-working, bureau, etc.).

En ce qui concerne l’environnement, outre le fait de disposer de leur propre potager (75 %) ou de se faire livrer des produits issus de la production locale (72 %), c’est l’autonomie énergétique de leur habitat et son approvisionnement en énergies renouvelables qui suscitent l’engouement de 82 % d’entre eux. Ces derniers envisageraient ainsi d’installer des systèmes, à l’instar des panneaux solaires, permettant d’autoproduire « proprement » la totalité de l’énergie qu’ils consomment.

Les résultats de cette enquête vous ont donné des idées sur l’environnement, les transports, la propreté, le logement ?  N’hésitez pas à les partager en utilisant Fluicity : www.flui.city/go

 

Pour lire l’enquête en entier : http://harris-interactive.fr/opinion_polls/les-franciliens-et-la-ville-de-demain/

← Retour aux articles