La crise qui agite la France depuis quelques semaines a démontré une nouvelle fois, le besoin urgent pour les gouvernements européens d’impliquer davantage les citoyens dans l’action publique. La consultation citoyenne ne peut pas rester un outil de court terme ayant pour seul objectif de répondre aux revendications ponctuelles des manifestants. Elle doit devenir le fondement d’une nouvelle stratégie de gouvernance de nos leaders européens : plus transparente, plus inclusive, en commençant par l’échelle locale.

Nuage de mots de l’opération Mairie Ouverte 2.0 initiée par l’AMRF et Fluicity

La commune est la cellule de base de notre démocratie, elle bénéficie du niveau de confiance le plus élevé du spectre politique : 52% des Français font confiance à leurs maires, un chiffre qui monte jusqu’à 66% dans les communes rurales, selon une étude BVA 2018. Les communes sont considérées par les citoyens comme les plus légitimes pour entendre, organiser et valoriser leur parole.

Si la crise des gilets jaunes est le signe d’un manque de dialogue entre le gouvernement et les Français, elle est due en grande partie aux réformes successives ayant durablement affaibli les pouvoirs de la commune. Le maintien des dotations à un niveau historiquement bas, le rassemblement des communes à marche forcée, la fin de la taxe d’habitation et l’accès difficile aux infrastructures technologiques ; toutes ces mesures ont non seulement contribué à démotiver les maires, puisqu’ils sont 6 sur 10 à déclarer ne pas vouloir se représenter en 2020 – mais elles ont également cassé le lien vital entre le citoyen et les pouvoirs publics.

Pour répondre à cette crise de manière durable, il est urgent de remettre la commune au centre du moteur démocratique, et de lui donner des outils modernes pour opérer la meilleure démocratie de proximité possible. A l’heure de l’accès à internet pour tous, il est possible de soutenir les dispositifs traditionnels comme les permanences d’élus ou les conseils de quartier, et de les faire évoluer grâce aux “Civic Tech”, ces plateformes innovantes qui permettent aux acteurs publics de consulter leurs citoyens en continu, et de recueillir des données actionnables pour appuyer leurs politiques locales. Loin des débordement émotionnels amplifiés par les réseaux sociaux, ces solutions garantissent un débat permanent, constructif et équitable tout en augmentant la transparence du processus de prise de décision.

A titre d’exemple, l’opération “Mairies Ouvertes” initiée par l’Association des Maires Ruraux de France (AMRF) dans le contexte du mouvement des gilets jaunes, connaît un succès important depuis l’ouverture de son espace numérique dédié. En plus de redonner la parole aux millions de citoyens se sentant oubliés par la République – qui peuvent désormais s’exprimer sur des sujets de la vie quotidienne tels que l’accès aux soins, la mobilité ou la transition écologique – cette initiative redessine progressivement le visage de la France rurale et périurbaine.

La grande concertation nationale reportée cette semaine par le gouvernement est indispensable mais présente ses contradictions. Elle vise à redonner aux maires le rôle de relais, tout en leur imposant des moyens. Elle ouvre un dialogue avec les citoyens, mais en fixant les thématiques et la date limite. Un débat véritablement participatif devrait adopter une approche bien plus horizontale.

S’il veut laisser émerger un dialogue constructif et durable, dans le but de prévenir voire d’anticiper les crises démocratiques qui sévissent à travers le continent, l’Etat doit collaborer avec l’écosystème déjà en place, composé d’associations, de chercheurs, d’entrepreneurs, de maires et de citoyens, plutôt que de balayer leurs initiatives innovantes d’un revers de la main. Il doit co-créer avec ces “fantassins de la République”, le mode de consultation qui va guider les réformes de demain. Car ce sont eux dans la durée seront les défenseurs d’une démocratie plus moderne et plus inclusive.

 

Julie de Pimodan, fondatrice et CEO de Fluicity

 

* Fluicity est une “civic tech”de l’économie sociale et solidaire, qui a pour mission de recréer un lien de confiance entre citoyens et décideurs publics grâce à la technologie et à l’analyse de données. Suite au report de la grande consultation nationale au mois de Janvier, cette start-up lance ouvre sa plateforme à tous les Maires de France, pour faciliter les échanges avec les citoyens et réduire la charge de travail des élus.

 

← Retour aux articles